L’objectif des entreprises qui font appel à des consultants est d’obtenir un point de vue externe qui permet en particulier de :

  • ·    avoir une vision objective de la situation de l’entreprise. Parce qu’il est indépendant de l’entreprise, le consultant peut être impartial : un regard neuf et objectif, une liberté de parole !
  • ·    bénéficier d’expériences diversifiées (nouvelles approches, nouvelles technologies…), d’une assistance pour positionner les premiers jalons du projet.
  • ·    contourner la difficulté à traiter des sujets jugés « sensibles » (réorganisations, fusions, etc.) et ainsi crédibiliser une décision prise par la direction.
  • ·    créer une dynamique là où des ressources internes à l’entreprise peuvent ne pas vouloir ou ne pas pouvoir se mobiliser suffisamment (problèmes de hiérarchie, de sympathie, d’adhésion, etc.)
  • ·    apporter des compétences et expériences techniques non maîtrisées en interne (en qualité ou quantité : surcharge temporaire, disponibilité et réactivité du consultant)

Les services offerts par un consultant sont aussi nombreux que les aspects et secteurs multiples que l’on retrouve dans les entreprises.

Notre positionnement

Le conseil en organisation, la production, la ré-ingénierie et l’optimisation des processus, les projets ISO, l’analyse de l’environnement, la gestion de projet, l’implantation d’indicateurs de performance, la restructuration organisationnelle, l’évaluation de la satisfaction des clients et des employés, la gestion et la facilitation du changement, la recherche de solutions et/ou l’application de solutions choisies.


La définition des besoins d’un projet en conseil

Il est important que le consultant puisse cerner les secteurs qui nécessitent son intervention et d’impliquer les personnes de l’intérieur de l’entreprise. Lorsque les ressources internes participent à la préparation du programme d’intervention, celui-ci peut être définie avec plus de précision, les participants peuvent être plus motivés à le réaliser et les chances de succès sont accrues.

  • ·    Le client doit définir précisément le champ d’intervention du consultant :

Les conditions et les raisons qui motivent l’engagement d’un consultant, les activités à examiner, le travail à accomplir et les objectifs à atteindre en précisant les problèmes ou difficultés potentiels, les ressources en interne disponibles et enfin les contraintes de temps et financières.

  • ·    Le consultant doit reformuler sa compréhension de la mission et le plan de travail qu’il préconise en incluant les objectifs poursuivis, la méthodologie prévue, le calendrier des activités et les ressources professionnelles utilisées et le budget de consultation

Typologie des entreprises de conseil

Chaque cabinet de conseil offre différents services en fonction de sa taille.

  • ·    Les sociétés de conseil nationales ou internationales

Ces firmes offrent une grande variété de services et disposent de nombreux consultants compétents avec souvent un fort roulement de personnel au niveau de l’exécution des projets.

  • ·    Les sociétés de conseil moyennes régionales

Ces firmes regroupent en général de 10 à 50 consultants, souvent très compétents, avec un taux de roulement inférieur à celui des firmes nationales. Ces firmes se spécialisent dans certains secteurs de l’entreprise et leur tarification est en général moins élevée que dans les firmes nationales.

  • ·    Le consultant indépendant qui agit soit comme spécialiste, soit comme généraliste.

Le consultant spécialiste se concentre dans un secteur tel, par exemple, la formation, l’informatique, ou dans une industrie comme le transport, les communications, etc. Il s’associe parfois à des confrères pour élargir son offre.

Le consultant généraliste, quant à lui, avec une très bonne formation de base et une expérience de plusieurs années dans l’industrie ou dans la consultation, peut offrir une expertise très valable. Il présente l’avantage d’offrir une continuité auprès de certains clients avec qui il travaille sur une longue période de temps. La relation de confiance à long terme qu’il développe est en général supérieure à celle des autres catégories de consultants. Et ses tarifs peuvent être moindres, n’ayant pas à supporter de frais d’administration élevés.


La mesure de la performance d’un consultant

Un consultant est engagé principalement parce qu’il possède certaines compétences requises par le client. Son travail devrait être évalué en termes de capacité à appliquer son talent aux besoins du client. 

Dans la réalisation de son travail, le “consultant” devrait contribuer à rehausser le niveau de compétence du personnel de l’entreprise en transmettant le maximum de ses connaissances. Il devrait entraîner et développer le personnel dans sa spécialité, dans sa méthodologie et dans son approche pour résoudre des problèmes. Le conseiller devrait susciter de meilleures attitudes et un moral accru en créant un intérêt et un désir chez le personnel, pour aller plus loin et pour accélérer le taux de croissance de l’entreprise. Le conseiller devrait être le catalyseur qui permette aux changements de se réaliser et qui favorise le réaménagement de l’entreprise dans un sens constructif.

Le recours à des consultants et plus généralement le recours à des prestations externes en sous-traitance est onéreux. Cependant, par définition, une mission de consultant est à durée déterminée, alors que les cadres en poste dans l’entreprise ne sont pas forcément à même de supporter une variabilité temporelle de la charge de travail.